Présentation

Ce vitrail, qui date de 1225-1235, relate la vie légendaire de saint Germain d’Auxerre. La « Vita Germani », écrite par Constance de Lyon, est la source la plus importante sur la vie de ce saint. D’après ce récit, écrit une trentaine d’années après sa mort, Germain est l'une des plus grandes figures épiscopales de son époque car il fut très actif dans sa lutte contre les hérésies et particulièrement le pélagianisme qui se propageait alors en Grande-Bretagne. On peut ainsi expliquer la place de cette verrière à côté de celle de saint Nicolas : l’Eglise qui dut, dès les premiers siècles, lutter contre le paganisme dont elle sortit victorieuse, est maintenant confrontée aux hérésies dont elle triomphera grâce à des hommes tels que saint Germain.

Germain est né vers l’an 378 à Auxerre d’une famille fortunée de la région. Après de solides études, il épousa Eustachie. Bien vite, ses talents le font remarquer et il succède à saint Amâtre, évêque d’Auxerre, contre sa volonté.

Pendant les trente années de son épiscopat (418 à 448), la popularité de Germain ne va cesser de croître et sa renommée de grandir, laissant l’image d’un homme juste et bon, soucieux de soutenir les plus nécessiteux. On lui prête également de nombreux miracles, tout au long des voyages qu’il a entrepris.

L’artiste a représenté dans ce vitrail différents épisodes de la vie de saint Germain, tels qu’ils étaient racontés dans les anciens livres liturgiques chartrains qui étaient lus lors de sa fête le 31 juillet.