Introduction

Le culte de saint Nicolas était très développé au Moyen Age à Chartres où il était vénéré pour sa charité, ses miracles et la protection qu’il offrait aux étudiants. La cathédrale possédait déjà des sculptures et deux verrières consacrées à la vie de l’évêque de Myre, (n°14 et 39) lorsqu’on décida, en 1225, de lui consacrer un troisième vitrail.

Celui-ci est assez peu connu et moins populaire car, contrairement aux deux autres, la vie de saint Nicolas n’y est pas représentée. Il ne traite en effet que d’un seul épisode de la vie du saint. Il s’agit de la lutte de saint Nicolas contre le culte rendu par les païens à la déesse Diane, selon une légende apparue du vivant de saint Nicolas sous le vocable : la légende de l’huile bouillante : « saint Nicolas fait couper l’arbre de la déesse Diane et le démon, pour se venger, compose une huile qui brûle l’eau et la pierre et l’offre à saint Nicolas : le saint déjoue le piège ». Le thème du vitrail est emprunté à la vie de saint Nicolas insérée dans l'office de ce saint en usage au XIIIè siècle dans l'église de Chartres.

Saint Nicolas, qui a fait de nombreux miracles avant et après sa mort, est ici confronté au problème principal des premiers apôtres : la lutte conte le paganisme.

Suite de l'introduction