Présentation

Dans le très beau calendrier de ce vitrail, autour d’un axe, un signe du zodiaque à droite, répond à une activité du mois à gauche.

Quatre calendriers de ce type se trouvent dans notre cathédrale et cela peut paraître étonnant dans le cadre d’une église.

Depuis toujours, les hommes ont cherché à mesurer le temps. Pour l’homme du Moyen âge, il est à l'image des saisons qui se succèdent et les travaux saisonniers (labours, semailles, récoltes...) sont la forme la plus visible de son déroulement.

2000 ans avant JC, les Babyloniens pensaient que le soleil se déplaçait dans le ciel et, pour évaluer la latitude, ils divisèrent le ciel en douze zones constituées par des arcs de 30°, qui prirent le nom de la constellation principale qui s'y trouvait : c’est donc avec eux que les constellations illustrèrent les mois. Elles étaient figurées par des animaux et les grecs appelèrent l’ensemble « Zodiaque ».

Ce calendrier, qui montre qu’au Moyen âge les travaux ruraux rendaient perceptible la durée du temps qui passe, est situé dans le déambulatoire où sont représentés dans les vitraux Jésus, Marie, les apôtres, des martyrs, des saints… Il rappelle ainsi que ces travaux étaient rythmés également par les fêtes religieuses qui leur étaient dédiées.

Enfin, les calendriers médiévaux expriment une spiritualité intimement liée aux gestes les plus quotidiens de l'homme et deviennent ainsi une glorification du travail qui permet d'obtenir le pain et le vin, « fruits de la terre et du travail des hommes ».