Présentation

Ce vitrail (1215-1225) illustre la vie et l’assassinat de Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry. Il suit le texte du recueil liturgique des légendes hagiographiques lues dans l'Église de Chartres au début du XIIIè siècle.

Thomas Becket est représenté à plusieurs reprises dans la cathédrale. Assassiné le 29 décembre 1170 à Cantorbéry, il a été aussitôt vénéré comme martyr et canonisé par le pape deux ans plus tard (21 février 1173). Il était connu dans l’Eglise de Chartres : lors de son exil en France il est venu plus d’une fois dans le diocèse. Son secrétaire et ami Jean de Salisbury, qui l’avait accompagné dans son exil fut ensuite évêque de Chartres (1176-1180). Ce brillant intellectuel fut l’un des plus fervents à honorer sa mémoire et à propager son culte. Des reliques du martyr seront reçues à Chartres.

Thomas Becket est né à Londres en 1117. L’archevêque de Cantorbéry, Théobald, le remarque très vite et le recommande au roi Henri II Plantagenêt qui le fera Chancelier d’Angleterre en 1154. Thomas mène le train de vie d’un grand seigneur qui s’honore de l’amitié du roi. Quand le siège épiscopal de Cantorbéry devient vacant en 1161, le roi, escomptant avoir ainsi la mainmise sur l’Eglise d’Angleterre, propose son chancelier. Thomas est donc élu archevêque de Cantorbéry, primat d’Angleterre. En conséquence, il est ordonné prêtre, puis sacré évêque le 3 juin 1162. Il ne tardera pas à résigner son office de chancelier afin de couper court à toute compromission. Thomas avait jusqu’alors mené une vie fastueuse et ses contemporains sont frappés par le changement radical qui s’opère en lui. Devenu évêque, le voici qui s’adonne à l’étude, à la prière, et aux œuvres de charité.