Présentation

L’identification des deux chevaliers donateurs a permis de dater ce vitrail entre 1220 et 1227.

Cette verrière réunit les vies légendaires de deux saintes, deux femmes (ce qui est exceptionnel dans les vitraux de la cathédrale), sainte Marguerite d’Antioche et sainte Catherine d’Alexandrie.

Leur culte, qui était inexistant à Chartres vers les années 1200, a été rapporté d’Orient par les croisés ; il prit de l’ampleur et devint très populaire au moyen-âge.

On ne sait rien des vies de sainte Marguerite et de sainte Catherine, mais les récits merveilleux, qui n’ont aucun fondement historique, ont inspiré notre vitrail et témoignent de la piété populaire qui les vénérait. Ces récits seront repris par Jacques de Voragine au XIIIè siècle dans sa célèbre « Légende Dorée ».

Si ces deux saintes sont réunies dans le même vitrail, c’est qu’on retrouve de grandes similitudes dans leur légende : elles sont toutes deux de belles jeunes filles, désirant rester vierges, qui sont confrontées à de puissants païens qu’elles tentent de convertir. N’y parvenant pas, elles sont finalement conduites au martyre pour avoir refusé de renier leur foi. Leur témoignage va pourtant convertir les foules. Elles sont souvent associées dans l’iconographie et Jeanne d’Arc affirmera entendre les voix de sainte Catherine et de sainte Marguerite. Martyres légendaires des premiers siècles de l'Eglise, elles sont présentées comme les témoins de la vitalité de l'Eglise au temps des premiers chrétiens.

suite de la présentation