Présentation

Ce vitrail, qui date de 1220-1225, occupe une place importante à la droite du vitrail central de la chapelle consacrée aux martyrs. Il raconte la vie légendaire de saint Chéron, un saint local, dont on a fait un martyr sans être bien sûr qu’il ait vraiment existé.

On ne sait rien de précis sur ce personnage, vénéré comme un martyr au pays chartrain : un voyageur abandonné par ses compagnons et assassiné par des bandits de grand chemin, un lieu dont la paroisse de Saint Chéron du Chemin (entre Chartres et Paris) garde la mémoire. Un petit monastère avait été fondé sur le lieu de sa sépulture sur les hauts de Chartres, aux temps mérovingiens. Ce lieu porte jusqu’à nos jours le nom de « Saint Chéron ».

Un récit légendaire de sa vie supposée est connu par un manuscrit du Xè siècle. Il est vraisemblable qu’au fil du temps, notre martyr avait été oublié, puis retrouvé au IXè siècle, c’est alors que le pèlerinage à saint Chéron s’est développé.

Pour l’homme du Moyen Age, le culte des reliques était très important, qui permettait d’être vraiment au contact d’un saint dont on pouvait invoquer la protection, l’intercession auprès de Dieu. Les reliques attestaient que le saint invoqué n’était pas imaginaire. Pour une communauté religieuse, avoir des reliques attirait les pèlerins et suscitait leur générosité.

Suite de l'introduction