Présentation

Ce vitrail (1210-1225), d’un bleu très profond, est consacré à saint Silvestre, pape de 314 à 335, sous le règne de l’empereur Constantin le Grand (306-337). Il fut l'un des premiers confesseurs non martyrs dont le culte fut établi très tôt à Rome. Les scènes choisies pour en illustrer la vie suivent pas à pas le récit qui était lu à l’office de la saint Sylvestre, le 31 décembre, et qui sera repris par la Légende Dorée.

Bien que présenté comme un homme pieux, charitable et vertueux, Silvestre est passé dans la postérité comme un prélat trop effacé, éclipsé par la renommée de Constantin. Avec Rémi dans la chapelle toute proche, l’Eglise développe une conception chrétienne de la souveraineté temporelle (ils vont amener leur souverain à la conversion et au baptême).

Dans ce vitrail, l’histoire de Constantin apparaît en filigrane et répond ainsi au vitrail de Charlemagne surnommé tout comme Clovis le « nouveau Constantin ». Les deux empereurs encadrent la chapelle des Apôtres dont ils ont, à leur manière, continué l’œuvre. Constantin était considéré comme un 13ème apôtre, il fut qualifié « d’Isapostolos », égal des apôtres, par Eusèbe de Césarée, grand historien du IVè siècle.

Constantin est né vers 280. Il succède à son père Constance Chlore en 306 et étend progressivement sa domination sur l'Empire. Il est vainqueur de son rival Maxence le 28 octobre 312, au pont Milvius. Eusèbe de Césarée attribue la conversion de Constantin à une vision qu'il aurait eue juste avant la bataille : une croix lumineuse apparut dans le ciel, avec les mots "Par ce signe tu vaincras" et le Christ lui aurait ordonné de se faire un étendard avec le chrisme fait des deux initiales du mot Christ. Constantin devient alors le maître unique de l'Occident.

Suite de l'introduction