Depuis sa restauration en 1872, ce vitrail (1210-1225) illustre essentiellement la vie de l’apôtre Paul. Dans la partie ancienne, il apparaît avec saint Pierre car la Tradition les fête volontiers ensemble : ils sont les deux piliers de l’Eglise.

Ce vitrail se trouve dans la chapelle axiale de la cathédrale dédiée aux apôtres. Comme son voisin, celui de saint André, il est en grande partie moderne car on avait muré cette partie de la chapelle pour y adosser un retable.

En 1872, lors de la restauration de cette chapelle, le maître verrier Coffetier a refait les quinze panneaux manquants dans les cinq registres inférieurs (il n’existait hélas aucune description des panneaux disparus). Il s’est attaché à représenter les épisodes de la vie du seul saint Paul, épisodes les plus souvent reproduits par les artistes. Il s’est appuyé sur les Actes des Apôtres et la Légende Dorée.

Les panneaux anciens ont été également restaurés à la même époque et deux médaillons anciens auraient été intervertis avec des panneaux modernes, ce qui rend parfois l’interprétation difficile et la chronologie non fiable. Ils s’inspirent de textes liturgiques des Xè et XIè siècles dont les sources ont été étudiées par le chanoine Delaporte : une Passion des saints apôtres Pierre et Paul et une Lettre aux Eglises d’Orient, attribuée à saint Lin (qui, selon la tradition, a succédé à Pierre à la tête de l’Eglise de Rome).

suite de la présentation