1.- La messe de saint Gilles

On peut lire dans la « vita » de saint Gilles que, tandis que le saint célébrait la messe devant le « roi Charles », un ange lui apporta un écrit lui faisant connaître une faute que ce roi n’avait jamais osé avouer, et dans lequel on lisait que le pardon en était accordé, pourvu que le pécheur consentît à faire pénitence et à s’amender.
Le texte ne dit pas de quel « roi Charles » il s’agit et on l’a identifié à Charlemagne, au mépris de la chronologie, puisque l’empereur ne vécut qu’au huitième siècle, après la mort de saint Gilles.
On voit sur cette image saint Gilles célébrant la messe devant un autel sur lequel est posé un calice. Il se retourne pour regarder un ange qui descend du ciel et lui présente une banderole.
Le roi est à genoux derrière l’autel, les mains jointes ; il porte une barbe blanche et une couronne posée sur ses cheveux blancs. Son cheval se trouve derrière lui, ce qui est assez anachronique puisqu’on se trouve dans une église dont on voit les arcs et les colonnes.