1 - Le martyre de saint Symphorien

Symphorien est né vers l’an 159 à Autun, de parents riches et nobles qui l’élevèrent dans la foi chrétienne. Autun était alors une ville païenne qui pratiquait le culte des dieux gaulois et en particulier celui de la déesse Cybèle. Un jour, alors que la statue est promenée dans les rues de la ville pour être vénérée, Symphorien refuse de l’honorer et perturbe même le cortège. Aussitôt arrêté, il est conduit auprès d’Héraclius, gouverneur de la province.

Sur le chemin de son supplice et jusqu'au dernier moment, sa mère l'encouragea du haut des remparts d'Autun à rester ferme dans sa foi.

Il fut décapité en l’an 180, il n’avait alors que 20 ans.

Saint Symphorien, nimbé, est à genoux, les mains jointes et tendues vers le ciel. Le bourreau brandit son glaive pour le décapiter. La main de Dieu sort d’une nuée et bénit le jeune martyre.