Louis de France

Louis de France dit « le Lion », fils aîné de Philippe Auguste, roi de France, est en «grande tenue héraldique». Il porte sur son écu et son étendard les armes de France (d’azur semé de fleurs de lis d’or). Ce n’est pas un roi, il n’a pas de couronne, mais un chevalier en costume de guerre qui chevauche.

C’est comme prince qu’il participa à la fin de la première croisade albigeoise, dite croisade des barons. Simon de Montfort, chef des croisés, qui s’opposait au comte de Toulouse, Raymond VI et à tous les languedociens catholiques et albigeois, est tué en assiégeant Toulouse en 1218. Son fils Amaury se révélant incapable de conserver les acquis de son père, Philippe Auguste, qui avait refusé de s’impliquer dans cette croisade pour des motifs plus politiques que religieux, envoie Louis à son secours. Ils prennent Marmande au prix d’un bain de sang en 1219. Mais ils échouent devant Toulouse et Louis rentre dans le nord.

Il ne peut s’agir d’une allusion à la seconde croisade contre les Albigeois, dite royale, puisqu’alors il était roi, croisade au retour de laquelle il mourra en 1226.