Qui fait le tour de la cathédrale ne peut manquer de remarquer un petit édifice, flanqué de deux tours, situé derrière le chevet.
La partie supérieure de ce bâtiment est reliée à la cathédrale par un escalier extérieur vitré.

Un petit bâtiment blanc derrière le chevet de la cathédrale

La construction en fut décidée et financée par les chanoines de Chartres en 1323 dans le but d’en faire leur salle de réunion, la salle capitulaire. Elle le restera jusqu’à la Révolution, puis devint salle d’études pour la maîtrise.

A l’étage supérieur fut édifiée en 1326 la chapelle saint Piat, destinée à recevoir les reliques de ce saint. Elle servit ensuite comme lieu d’exposition du Trésor de la cathédrale.

C’est en 1902 que l’on décida de transformer la salle capitulaire en lieu d’inhumation des évêques de Chartres.

Cette salle est décrite ci-dessous  

 

Sur la façade, deux portes donnent accès à ce caveau des évêques.

A l’intérieur, les murs étaient couverts, à l'origine, de peintures murales actuellement très dégradées

 

Sur le mur occidental est érigée une stèle où sont inscrits les noms des évêques qui ont été inhumés en ce lieu : sept seulement pour l’instant, auxquels il faut, au moins, ajouter Mgr Kuehn décédé en 2012.

 

 

EPSCOPI
CARNOTENSES
IN PACE

Dans le sol de la chapelle a été creusé le caveau, fermé par une pierre tombale.

Il est à noter qu'aucune inhumation n'a eu lieu dans la cathédrale de Chartres comme il est d’usage dans d’autres édifices. En particulier, chaque évêque choisissait lui-même son lieu de sépulture, soit dans sa propre famille, soit dans une abbaye proche comme St-Père-en-Vallée, St Martin- au-Val ou Notre-Dame de Josaphat à Lèves..

Une seule exception avait été faite en 1568, mais ce ne fut que provisoirement : Eléments de réponse